L'introduction du cours à la question "n'y a-t-il de vérité que scientifique?" partait du constat de la pluralité des discours prétendant à la vérité. Parmi eux, j'ai évoqué celui ses sciences humaines, dont l'anthropologie, qui, lorsqu'elle s'attache au corps, étudie sa place et ses fonctions dans les sociétés humaines.

Comment peut-on être anthropologue?

David le Breton raconte le parcours qui l'a mené à exercer depuis plusieurs décennies ce métier, dans une "volonté de comprendre" l'Autre (et non de l'expliquer, nous aurons l'occasion de revenir sur cette distinction!) y compris en s'appuyant sur l'apport des sciences dites "dures" - expression que je n'ai pas employée devant vous. Les sciences "dures" comprennent les sciences formelles et les sciences expérimentales.

Vous serez sensible au fait que Le Breton ne parle jamais de vérité, mais de signification : il cherche des "chemins de sens".

Il est l'auteur d'une monographie sur le visage, travaille sur les conduites à risque chez les adolescents, le rapport au corps dans les sociétés contemporaines : la douleur, les conduites visant à "la disparition de soi"... Si cette vidéo vous donnait envie de parcourir un de ses ouvrages, n'hésitez pas à venir me trouver à la fin d'un cours, je sélectionnerai quelques textes.

"A l'origine, il y a le sentiment d'être une sorte d'étranger dans le monde" (...) le monde était une énigme, et il fallait le comprendre, l'apprivoiser (...) je n'oublie jamais l'étonnement, l'émerveillement, exister me demeure tout de même une grande surprise"... Cela vous rappelle quelque chose?

Tag(s) : #TS2

Partager cet article

Repost 0