Here's a little song I wrote
You might want to sing it note for note
Don't worry be happy
In every life we have some trouble
When you worry you make it double
Don't worry, be happy


Je copie quelques extraits du drôle d'ouvrage de Francis Métivier, Rock'n Philo :

Et tout comme Epictète, Bobby McFerrin démontre la valeur de sa morale par des exemples concrets, pédagogiques... Tu as peur de te faire doubler? Tu es un homme d'affaires et tu apprends dans un journal un évènement financier qui est pour toi une catastrophe? (...) La jeune fille que tu convoites ne t'as même pas regardé? Don't worry be happy. "Ain't got no style?" : tu ne ressembles à rien? Sois heureux, ton style ce n'est pas toi, il n'est qu'une apparence que tu donnes. (...)

La vie est faite de soucis. Il ne faut pas chercher à changer la vie, à faire disparaître les problèmes inhérents à toute existence : ces évènements sont hors de toi et ne dépendent pas de toi. Ce qui dépend de toi, en revanche, est la maîtrise du trouble que ces évènements créent en toi.

(...)

Don't worry, be happy est une chanson interprétée a capella. L'harmonie entre le style musical - reggae, cool - et le message apparaît dans cette texture vocale purement humaine. Les arrangements ne comptent donc que sur des organes qui sont naturellement les nôtres - les voix et les doigts frappés sur la peau -, aucun instrument, aucun artifice de l'ordre de l'avoir et du bien matériel, de ce qui ne dépend pas de nous, diraient les stoïciens, ne vient brouiller le message.

(...)

Enfin, on doit la formule "don't worry, be happy" au sage et mystique Indien Meher Baba. Que la chanson ait des connotations stoïciennes et donc peu étonnant, tant les points communs entre le stoïcisme et une philosophie de l'Inde comme le védisme sont importants : on n'accède pas au bonheur par telle ou telle condition de vie matérielle, mais seulement par une juste attitude de l'esprit converti par et sur lui-même et se jouant, par dédain, des richesses. Le seul prix du bonheur est spirituel.

Francis Métivier appuie chacune des notions au programme par l'analyse d'un ou plusieurs morceaux musicaux, de Pink Floyd à Nirvana... Heidegger rencontre Marilyn Manson, décapant! Je peux vous prêter l'ouvrage.

Pour ceux qui ne connaissaient pas Bobby McFerrin et qui sont sous le charme, je ne résiste pas à ajouter la vidéo d'une session avec la violoncelliste Jorane (2009).

Tag(s) : #TSINEE, #TSTL

Partager cet article

Repost 0